Edito - Août 2017

Edito

Le cours du pétrole à 52$ (Brent) a repris 8% sur 1 mois !

La volatilité de la matière première de référence traduit l’extrême confusion des marchés face aux défis que représente à la fois le débouclement des positions monétaires et obligataires accumulées par les Banques Centrales depuis la crise de 2008 (la crise de la dette a été réglée par de la dette supplémentaire) mais aussi la convergence progressive des rythmes de croissance entre les grandes zones économiques sur fond de dérive du dollar, tendance que nous avons commentée dans notre publication du 11/08/2017 . Cette remontée du baril s’opère au moment où Total annonce sa plus importante acquisition depuis son OPA sur Elf. En achetant Maersk Oil & Gaz, Total s’assure une croissance de sa production et de ses réserves sur une zone géographique peu anxiogène. Il est intéressant de noter que cette acquisition se fait alors que les découvertes annuelles sont au plus bas depuis des décennies  et que la moitié des champs pétroliers mondiaux ont franchi leur pic de production et sont en déclin. Or, les investissements dans l’exploration pétrolière se sont effondrés et pourraient fragiliser à terme les approvisionnements futurs. La société mère Moller-Maersk, conglomérat danois et champion du fret maritime,  a ainsi dû se défaire de sa division pétrole et gaz, fragilisée par le ralentissement du commerce mondial concomitant à une croissance plus régionalisée et une logique de mondialisation déstabilisée.

« Les investissements dans l’exploration pétrolière se sont effondrés et pourraient fragiliser à terme les approvisionnements futurs. »

Francis JAISSON

Dollar et pétrole sont avec les matières premières les clés de nos Perspectives Economiques et Financières. La variabilité de leur trajectoire aura des incidences sur les décisions de la FED (Réserve Fédérale Américaine), la compétitivité des entreprises et la poursuite d’un cercle vertueux entre les économies émergentes productrices et les économies occidentales clientes et partenaires commerciaux.   Nous avions souligné dans nos conclusions du PEF (Perspectives Economiques et Financières) de juin 2017 que l’embellie conjoncturelle restait fragilisée par des freins structurels et des risques extra-économiques. Or, la visibilité devrait rester troublée sur cette troisième partie de l’année. Le contexte politique américain demeurera lourd au prix d’une perte de cohérence du plan de réformes annoncé  et du retard dans les projets d’investissement d’infrastructures.  Sur le plan géostratégique, le monde devrait rester incertain. En effet, les foyers de tension s’étendent de l’Asie à l’Amérique latine et les réponses aux conflits apparaissent désordonnées du fait d’intérêts divergents entre « grandes nations ». Nos allocations d’actifs privilégient toujours les actions européennes, au regard du momentum économique de la zone et de leur potentiel de valorisation. Côté obligataire, les marchés n’offrent pas encore de rémunération suffisante du risque de taux et de crédit. Enfin, nous n’abordons plus les pays émergents comme une place homogène mais privilégions une sélection géographique et un choix de valeurs individuelles circonstancié.

Rédigé par
Francis Jaisson-Citation

Francis JAISSON

Directeur des Gestions et de la Commercialisation

 

Ce document est établi par Covéa Finance, société de gestion de portefeuille agréée par l’Autorité des Marchés Financiers sous le numéro 97-007, constituée sous forme de société par actions simplifiée au capital de 7 114 644 euros, immatriculée au RCS Paris sous le numéro B 407 625 607, ayant son siège social au 8-12 rue Boissy d’Anglas 75008 Paris. Ce document est produit à titre indicatif et ne peut être considéré comme une offre de vente ou un conseil en investissement. Il ne constitue pas la base d’un engagement de quelque nature que ce soit, ni une évaluation de stratégie ni aucune recommandation d’investissement dans des instruments financiers. Il contient des opinions et analyses générales et non personnalisées conçues par Covéa Finance à partir de données chiffrées qu’elle considère comme fiables au jour de leur établissement en fonction du contexte économique, mais dont l’exactitude et la validité ne sont toutefois pas garanties.  Les opinions exprimées dans le document peuvent faire l’objet de modifications sans notification. Covéa Finance ne saurait être tenue responsable de toute décision prise sur la base d’une information contenue dans ce document. Ce document est la propriété intellectuelle de Covéa Finance. Toute Utilisation (définie ci-après), reproduction ou diffusion de tout ou partie du présent document devra faire l’objet d’une autorisation préalable de Covéa Finance. Le destinataire du présent document a connaissance et accepte que les  données chiffrées, permettant d’établir les opinions et analyses générales et non personnalisées, peuvent être soumises à l’acquisition de droits vis-à-vis de tiers. Par conséquent, les données chiffrées ne peuvent en aucun cas faire l’objet d’une quelconque Utilisation par le destinataire du document sans l’acquisition préalable des droits nécessaires directement auprès des tiers détenteurs de ces droits. Par ailleurs,  le destinataire du présent document a connaissance et accepte  que Covéa Finance ne sera en rien responsable de toute utilisation faite desdites données chiffrées et assumera seul toutes les conséquences vis-à-vis des tiers détenteurs des droits associés à ces données.  L’ « Utilisation » s’entend comme, et de manière non limitative, la manipulation de la donnée chiffrée, la distribution, la redistribution, l’intégration dans un système d’information ou dans des documents de tous types.