Etats-Unis : Rebond des embauches en février

Réaction économique
Amérique du nord

EN BREF

  • Le rythme des créations d’emploi s’est repris en février après un mois de janvier en demi-teinte. L’économie américaine a créé 242 000 postes sur le mois, essentiellement dans les services. Les embauches s’inscrivent dans la dynamique robuste de fin 2015. Dans l’industrie, la tendance reste négative, conséquence de la baisse d’activité dans le secteur minier.
  • Si les embauches affichent une dynamique toujours soutenue, les rémunérations peinent toujours à accélérer. Après un mois de janvier encourageant le salaire horaire se replie en février. 
  • Le taux de chômage reste stable à 4,9% de la population active, un niveau proche du plein emploi. Le taux de participation de la population en âge de travailler à la population active enregistre un troisième mois consécutif de progression, infléchissant la tendance baissière de ces dernières années.

Les embauches reprennent sur le rythme de fin 2015.

Le fléchissement des créations de postes enregistré en janvier ne s’est pas prolongé en février. L’économie américaine a créé 242 000 emplois et l’estimation du mois précédent a de plus été révisée en hausse, passant de 151 000 à 172 000. 

Le rebond provient du secteur des services qui totalise 245 000 nouveaux postes en février, contre un décevant 153000 en janvier. Plus précisément, l’éducation et la santé enregistrent une hausse de 86 000 postes sur le mois après seulement 26 000 le mois précédent. Le rythme des embauches dans le secteur de la distribution et le secteur du tourisme reste solide avec respectivement 53 000 et 48 000 postes supplémentaires.

La bonne dynamique de l’immobilier soutient toujours les embauches dans le secteur de la construction qui enregistre 19 000 créations de postes sur le mois. 

La situation est beaucoup plus difficile dans l’industrie. Le secteur minier (extraction d’hydrocarbures) poursuit ses destructions de postes en ce début d’année 2016, conséquence de la chute des prix du pétrole. Avec 19 000 postes supprimés en février, le secteur enregistre son 17ème mois consécutif de baisse de l’emploi pour un total de 170 000 suppressions depuis septembre 2014. Dans le secteur manufacturier, confronté au ralentissement du secteur de l’énergie et à l’appréciation du dollar, le surprenant rebond des embauches de janvier (+23 000) s’est soldé par 16 000 destructions de postes en février, confirmant les fragilités du secteur. 

La dynamique des salaires déçoit, une fois de plus.

La robustesse des embauches, couplée à un taux de chômage  proche du niveau de plein emploi à 4,9% de la population active ne parvient toujours pas à créer une dynamique haussière et durable sur les rémunérations. Après une hause mensuelle de 0,5% en janvier, le salaire horaire enregistre un repli de 0,1% en février, ce qui ralentit la croissance annuelle à 2,2%. Par ailleurs, le nombre moyen d’heures travaillées par semaine a reculé à 34,4 heures contre 34,6 heures en janvier. L’essentiel de ce fléchissement concerne le secteur minier où la semaine travaillée est passée de 43,5 heures à 42,9. 

Le taux de participation de la population en âge de travailler à la population active a enregistré en février un 3ème mois consécutif de progression. Après avoir touché un point bas historique à 62,4% de la population en âge de travailler, le taux s’établit en février à 62,9%, ce qui pourrait être le signe d’un retour de travailleurs sur le marché du travail. 

Télécharger - Etats-Unis : Rebond des embauches en février (pdf - 395.05 Ko)
Rédigé par

Sébastien Berthelot, le 4 Mars 2016

Ce document est établi par Covéa Finance, société de gestion de portefeuille agréée par l’Autorité des Marchés Financiers sous le numéro 97-007, constituée sous forme de société par actions simplifiée au capital de 7 114 644 euros, immatriculée au RCS Paris sous le numéro B 407 625 607, ayant son siège social au 8-12 rue Boissy d’Anglas 75008 Paris. Ce document est produit à titre indicatif et ne peut être considéré comme une offre de vente ou un conseil en investissement. Il ne constitue pas la base d’un engagement de quelque nature que ce soit, ni une évaluation de stratégie ni aucune recommandation d’investissement dans des instruments financiers. Il contient des opinions et analyses générales et non personnalisées conçues par Covéa Finance à partir de données chiffrées qu’elle considère comme fiables au jour de leur établissement en fonction du contexte économique, mais dont l’exactitude et la validité ne sont toutefois pas garanties.  Les opinions exprimées dans le document peuvent faire l’objet de modifications sans notification. Covéa Finance ne saurait être tenue responsable de toute décision prise sur la base d’une information contenue dans ce document. Ce document est la propriété intellectuelle de Covéa Finance. Toute Utilisation (définie ci-après), reproduction ou diffusion de tout ou partie du présent document devra faire l’objet d’une autorisation préalable de Covéa Finance. Le destinataire du présent document a connaissance et accepte que les  données chiffrées, permettant d’établir les opinions et analyses générales et non personnalisées, peuvent être soumises à l’acquisition de droits vis-à-vis de tiers. Par conséquent, les données chiffrées ne peuvent en aucun cas faire l’objet d’une quelconque Utilisation par le destinataire du document sans l’acquisition préalable des droits nécessaires directement auprès des tiers détenteurs de ces droits. Par ailleurs,  le destinataire du présent document a connaissance et accepte  que Covéa Finance ne sera en rien responsable de toute utilisation faite desdites données chiffrées et assumera seul toutes les conséquences vis-à-vis des tiers détenteurs des droits associés à ces données.  L’ « Utilisation » s’entend comme, et de manière non limitative, la manipulation de la donnée chiffrée, la distribution, la redistribution, l’intégration dans un système d’information ou dans des documents de tous types.