Edito - Juin 2020

Edito

Le mois de juin verra la publication de la quatrième édition de notre Rapport ESG, également connu sous la dénomination de « Rapport article 173 » en référence à la loi sur la transition énergétique. Ce sera l’occasion de passer en revue la riche actualité de l’année 2019 sur les aspects extra-financiers des investissements.

En cette année 2020, si particulière, pour cause d’une exceptionnelle crise sanitaire, de nombreuses habitudes et certitudes sont et seront ébranlées. D’aucuns pensent que c’est le bon moment pour accélérer le pas sur la transition énergétique. Le financement est tout trouvé : les plans massifs, de soutien d’abord et de relance ensuite, de la part des États, à travers l’émission de dettes. Le principe de réalité devrait toutefois s’imposer et pour la première fois depuis la fameuse COP21 de 2015, la préoccupation principale des pouvoirs publics européens et nationaux n’a plus été le E (l’Environnement volet climat) mais le S (le Social / Sociétal) pour préserver l’emploi et les employeurs. Certes l’objectif de limiter les effets nocifs des activités humaines sur l’environnement est toujours de mise, mais lorsqu’il n’y a plus d’activités humaines, nous touchons les limites de l’exercice.

Le pilier E sur son volet climat a été complètement monopolisé par les médias et les activistes climatiques.

Le pilier G reste le socle pour l’investisseur dans son rôle et statut d’actionnaire et de créancier mais est presque complètement invisible du grand public.

Le pilier S qui était jusqu’à présent peu ou pas  pris en compte dans les investissements se rappelle à nous en force. Les vérités de base, si évidentes qu’elles en étaient devenues invisibles, se révèlent lors des crises : l’économie est constituée par l’activité humaine.       

Trouver le bon équilibre est pour nous la clé. La période que nous vivons nous renforce dans notre position fondamentale du nécessaire équilibre entre les trois piliers E, S et G de l’ESG, qui est le seule garant de la réelle « durabilité ». Concernant  le G (la Gouvernance), nous parlons d’alignement d’intérêt des parties prenantes, et nous pouvons également constater que cela s’applique à toute démarche réellement ESG.

Rédigé par
Yannick Tatibouët

Yannick Tatibouët
Directeur exécutif

18 juin 2020

Ce document est établi par Covéa Finance, société de gestion de portefeuille agréée par l’Autorité des Marchés Financiers sous le numéro 97-007, constituée sous forme de société par actions simplifiée au capital de 7 114 644 euros, immatriculée au RCS Paris sous le numéro B 407 625 607, ayant son siège social au 8-12 rue Boissy d’Anglas 75008 Paris. Ce document est produit à titre indicatif et ne peut être considéré comme une offre de vente ou un conseil en investissement. Il ne constitue pas la base d’un engagement de quelque nature que ce soit, ni une évaluation de stratégie ni aucune recommandation d’investissement dans des instruments financiers. Il contient des opinions et analyses générales et non personnalisées conçues par Covéa Finance à partir de données chiffrées qu’elle considère comme fiables au jour de leur établissement en fonction du contexte économique, mais dont l’exactitude et la validité ne sont toutefois pas garanties.  Les opinions exprimées dans le document peuvent faire l’objet de modifications sans notification. Covéa Finance ne saurait être tenue responsable de toute décision prise sur la base d’une information contenue dans ce document. Ce document est la propriété intellectuelle de Covéa Finance. Toute Utilisation (définie ci-après), reproduction ou diffusion de tout ou partie du présent document devra faire l’objet d’une autorisation préalable de Covéa Finance. Le destinataire du présent document a connaissance et accepte que les  données chiffrées, permettant d’établir les opinions et analyses générales et non personnalisées, peuvent être soumises à l’acquisition de droits vis-à-vis de tiers. Par conséquent, les données chiffrées ne peuvent en aucun cas faire l’objet d’une quelconque Utilisation par le destinataire du document sans l’acquisition préalable des droits nécessaires directement auprès des tiers détenteurs de ces droits. Par ailleurs,  le destinataire du présent document a connaissance et accepte  que Covéa Finance ne sera en rien responsable de toute utilisation faite desdites données chiffrées et assumera seul toutes les conséquences vis-à-vis des tiers détenteurs des droits associés à ces données.  L’ « Utilisation » s’entend comme, et de manière non limitative, la manipulation de la donnée chiffrée, la distribution, la redistribution, l’intégration dans un système d’information ou dans des documents de tous types.